Maurice Schumann: oeuvres

Publié le par Christian Hocq

[ Maurice Schumann a rédigé au cours de sa vie des milliers d'articles
mais aussi plus d'une vingtaine de livres. 
Certains sont d'ailleurs la transposition d'articles 
dans un ouvrage relié .
Il en existe de quatre sortes:
-des ouvrages politiques,
-des essais historiques,
-des romans,
-des essais philosophiques.
Ne sont pas ici répertoriés les nombreux livres qui sont seulement préfacés par Maurice Schumann]


Avant-guerre, Maurice Schumann signe sous le pseudonyme
d'A
ndré Sidobre, sauf dans le livre La France veut la liberté:

-le germanisme en marche,
 Paris, Ed.du Cerf, 1938,48 p.(politique)

-la Tchécoslovaquie devant notre conscience et devant l'histoire
Paris, Ed.de l'aube, 1938, 96 p. 
Dans cet ouvrage collectif, Maurice Schumann y écrit l'article
"les étapes de la force" p.67-p.81. (politique)

-la France veut la liberté,
Paris, Plon,1938,250 p.
Dans cet ouvrage collectif, Maurice Schumann y écrit  l'article 
" La liberté, règle de la démocratie", p.62-p.106.

-Mussolini,
Paris, Ed.du Cerf, 1939, 49 p. (politique)

-L'homme de couleur,
Paris, Plon, 1939, 382 p.
Maurice Schumann y signe l'article 
" la vraie tradition française" p.315-p.346.



-Les problèmes ukrainiens et la paix européenne,
Paris, Ed. du jouve, 1939, 79 p.
(politique)




Après guerre, Maurice Schumann signe toujours sous son vrai nom.

-Honneur et Patrie,
éd. du livre français, Paris, 1946, 351 p.
Une centaine de ses allocutions pendant la guerre 
-sur 1100 environ prononcées-sont ici publiées.
Elles le sont de nouveau  dans La Voix du couvre-feu, Plon,1964, 321 p.
(le choix de cent allocutions est presque le même qu'en 1946).

-Le vrai malaise des intellectuels de gauche,
Paris, Plon, 1957,55 p. (politique)

- collabore à l'ouvrage collectif sur Mazarin,
Paris, Hachette, 1959, 295 p.

-Le rendez-vous avec quelqu'un,
Paris, Julliard, 1962, 174 p. (roman)

-collabore à l'ouvrage collectif Talleyrand,
Paris, Hachette, 1964,300 p.


-Les flots roulant au loin...,
Paris, Julliard, 1973, 134 p. (roman)

-La communication, Paris, Julliard, 1973, 134 p.

(réédition du Rendez-vous avec quelqu'un et des Flots roulant au loin)

 

-Collabore à l'ouvrage collectif Clemenceau,
Paris, Hachette, 1974, 270 p.

-La mort née de leur propre vie.
Trois essais sur Péguy, Simone Weil, Gandhi,
Paris, Fayard, 1974. (ouvrage philosophique)

-Angoisse et certitude.  
De la Mort, de la Vie, de la Liberté
(ouvrage philosophique)
Paris, Flammarion, 1978, 204 p.
A reçu le Grand Prix catholique de littérature.

-
Un certain 18 Juin,
Paris, Plon, 1980, 312 p.
Prix Aujourd'hui, 1980. (essai historique)

-Le concerto en ut majeur,
Paris, Plon, 1982, 259 p. (roman)

-Qui a tué le duc d'Enghien?,
Paris, Perrin, 1984, 223 p. (essai historique)

-Une grande imprudence, Paris, Flammarion, 1986, 276 p.
(recueil d'articles publiés entre décembre 1981 et février 1986, 
essentiellement dans la revue des deux mondes).

-La victoire et la nuit, Paris, Julliard, 1989, 190 p. (roman)

-Meurtre en ut majeur, Paris,Bourin/Julliard, 1993, 193 p. (roman)

-Bergson ou le retour de Dieu, Paris, Flammarion, 1995,143 p.
 (ouvrage philosophique)





Commenter cet article

jean-Noël Jeanneney 08/11/2008 17:51

Cher monsieur, je tombe sur votre blog. Je vous signale que mon père, Jean-Marcel Jeanneney, était le condisciple de MS en philo à Janson de Sailly. Ils sont restés en amitié. Mon père a 98 ans et une excellente mémoire. Je pense que vous pourriez utilement l'interroger (102 rue d'Assas, 0143263946). Bon courage pour votre travail! Cordialement à vous. JNJ.

Hocq 08/11/2008 19:11


Cher Monsieur,
Je vous remercie beaucoup pour votre information. Je prendrai dès ce soir la liberté d'écrire à votre père pour recueillir son témoignage.
Recevez ici o'expression de toute ma respectueuse sympathie.

Christian Hocq


Gérard-Alain Fourmanoy 06/03/2008 09:46

Docteur Gérard - Alain Fourmanoy
Chirurgien-dentiste
D.U. D'EXPERTISE MAXILLO-FACIALE ET BUCCO-DENTAIRE
Centre Espace Sud
Avenue d'Elne
F-66200-LATOUR BAS ELNE

Bonjour,

Maître Maurice Schumann fut aussi celui qui, Ministre des affaires sociales, par un arrêté déterminant dans la profession de chirurgien-dentiste publia le 29 avril 1969 ce qui donna la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes et par conséquence le doctorat d'exercice, objet de longue date de nombreuses revendications.

Très symboliquement, Maître Maurice Schumann, (car je m'adressai toujours à lui sous ce titre) est mort un 9 février, date de la Sainte Apolline, patronne des chirurgiens-dentistes.

Maître Maurice Schumann vint à Avignon pour une conférence sur Gorbatchev.

Sachant que l'on s'y retrouverait après mon départ du Nord, il parla de mon père Marcel, adjoint au maire socialiste d'Armentières, plus d'une heure à un état major R.P.R. vauclusien qui me connaissait bien pour être délégué cantonal de l'autre coté du Rhône à Villeneuve Lez Avignon. Opposés politiquement, la guerre était restée leur union. Ce jour, il parla plus de mon père et leur guerre que d'autres politiques.

Une qualité essentielle de Maître Maurice Schumann est qu'il répondait toujours à toutes les lettres et aux appels téléphoniques; ce qui est rare chez les politiques. Le Docteur Knockaert était le médecin de mon père, il vous le confirmera.

Avec mes compliments,

Gérard.Alain.FOURMANOY